[logiciel creation site] [creation site internet] [creation site web] [Bataille de la Marne]
[PREMIERE GUERRE MONDIALE]
[Bataille de la Marne]
[Taxi de la Marne]
[Les taxis de la Marne]

Pour écouter le texte

Bataille de la Marne

Infanterie française

Les taxis de la marne

Cliquer sur les images pour les agrandir
 

Les taxis de la marne

Cliquer sur les images pour les agrandir
 

Cette opération  ne permit pas de renverser le cours de la Première bataille de la Marne contrairement à une idée reçue.

Cette offensive se termine le 17 septembre par l’établissement d’une ligne de front, des Vosges à Soissons. La France est sauvée et la guerre de mouvement va peu à peu prendre une autre tournure, pour devenir la guerre des tranchées.

  

SOMMAIRE

Cette offensive verra l'épopée des "taxis de la Marne", organisée depuis la capitale par le général Galliéni, chef du camp retranché de Paris. Cette opération permit d'acheminer rapidement environ cinq mille hommes. L'état-major français devait trouver une solution rapide pour envoyer des troupes fraîches, pour contenir et détruire les avant-gardes des troupes allemandes à quelques dizaines de kilomètres de Paris. 600 taxis parisiens furent réquisitionnés pour servir de moyen de transport.

Mais Joffre, prépare une grande contre-attaque sur les bords de la Marne. Début septembre 1914,  les alliés lancent une contre-attaque contre des Allemands fourbus. Ils ont déjà traversé le nord de la France à pied. La bataille de la Marne est une série d’affrontements se déroulant pour l’essentiel entre le 6 et le 9 septembre 1914. Bénéficiant d'une erreur du commandement de l’armée du kaiser, l’armée des alliés stoppe et repousse les allemands.

  

Les troupes allemandes pénètrent en Belgique pour déborder les troupes françaises, les envelopper et les acculer à la défaite. Une fois la Belgique conquise, les allemands poursuivent leur marche en avant, obligeant les alliés à battre en retraite vers le sud. Devant la poussée de l'ennemi, l’état-major se voit dans l'obligation de donner un ordre  de retraite générale. Un mois après le début des hostilités, on se bat à 50 Km de Paris.

 

La Première Bataille de la Marne