La Grosse Bertha
Le canon de 75
Mortier allemand

L'artillerie est une des armes principales de la première guerre mondiale. L’immense majorité des pertes humaines est causée par les canons. Au début de la guerre, l'armée française dispose d'un excellent canon de campagne, le "75", un canon conçu pour une guerre de mouvement. En 1914, l'artillerie lourde était considérée comme utile, uniquement pour la guerre de siège, c'est-à-dire pour bombarder les fortifications des villes ou des places fortes.

Lorsque la guerre devient une guerre de tranchées, où l'ennemi se terre dans des abris profonds, des casemates ou des forteresses, les canons de  fort calibre se développent. La puissance de feu est phénoménale. Les parois des tranchées protègent relativement les combattants de l'artillerie légère. Mais des mortiers, tirant presque à la verticale, sont employés. L'artillerie pilonne, pendant plusieurs jours, les positions ennemies, avant les grandes offensives.

L'énorme canon allemand, appelé la "Grosse Bertha", est certainement la pièce d'artillerie la plus connue de la première guerre mondiale, souvent confondue avec un canon plus petit, qui bombarda Paris, à plus de 108 km de distance.

 


Première Guerre Mondiale: L'artillerie

La "Grosse Bertha"

Cliquer sur les images pour les agrandir
 

Mortier allemand

Canon de 75

Cliquer sur les images pour les agrandir

Contact