[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [BleriotXI]
[Fokker]
[Gotha G.V]
[Les as de l'aviation Guynemer]
[Les as de l'aviation Guynemer]
[]

Contact

Cliquer sur les images pour les agrandir
 

Cliquer sur les images pour les agrandir
 

Guynemer

Première Guerre Mondiale:L'aviation

 Le Gotha G.V Bombardier allemand

Lors de la bataille de Verdun, les avions de reconnaissance français ne peuvent fournir la couverture habituelle des positions allemandes. En 1916, avec de nouveaux appareils, les alliés récupèrent la supériorité aérienne, pour la bataille de la Somme.

 À la fin de 1915, les allemands ont acquis la supériorité aérienne, le Fokker E.III devient le premier appareil possédant une mitrailleuse synchronisée, qui lui permet de tirer à travers l'hélice. 

 Le Fokker E.III

Le rôle principal des chasseurs est d'attaquer les biplaces de reconnaissance et de guidage d'artillerie.  Ils sont également utilisés pour la destruction des ballons d'observation, le mitraillage des cibles au sol et la protection contre les bombardiers.

 Les états major comprennent, que cette nouvelle arme peut bombarder des positions lointaines. Elle est donc utilisée pour bombarder les dépôts de ravitaillement, derrière les lignes adverses. Mais ces bombardiers ne peuvent transporter qu’un petit chargement de bombes et ne peuvent viser la cible avec assez de précision, pour causer de sérieux dégâts.  La grande taille et la lenteur de ces bombardiers en fond des proies faciles pour les chasseurs. Ainsi, les deux camps utilisent leurs chasseurs pour détruire les bombardiers adverses et pour escorter les leurs.


  

Blériot XI-2 biplace utilisé pour les premières missions de reconnaissance au-dessus des lignes allemandes, août 1914.

  

Au début de la guerre, l'aviation n'existe que depuis 10 ans. En 1914, les avions sont encore des engins sommaires, et aucun des adversaires n'en possède en grand nombre. Certains généraux pensent même, que les avions ne serviront à rien.

A l'origine, les avions sont utilisés pour repérer l'ennemi et guider les tirs d’artillerie. Les pilotes des deux camps se croisent au-dessus des champs de bataille du nord de la France. C'est à coups de revolver ou de carabine qu'ils s'affrontent. L'avion d'observation devient alors un chasseur.